Temps propice à la saucisse et bass en surface

29 juin 2010 Off By Guillaume

Back up a il y a trois semaines, je pense lézarder au soleil avec ma femme sur la plage. Avant de se faire crâmer au soleil, petite baignade de début de saison, on trempe les genoux et plus si eau suffisamment chaude, frileux bienvenu au club…

Que vois je dans les polarisantes (que je n’avais pas prévu de retirer vu la motivation à  la baignade), à ma droite par 5m du bord, une troupe de saucisses (des aiguillettes, ou orphies) sous la surface nullement effrayées, elles ont suivis la coursive qui arrive juste devant l’endroit où on se baigne pour nous dire bonjour ( çà c’est moins sur comme info). En bon gamin assoiffé de pêche, je remonte chercher la canne à la maison distante de 300m…

En revenant, comme par hasard, elles ont disparus… et un specimen de bar se laisse tenter :

IMGP0098 (Small)

 

Je me décalle plus loin vers la coursive en montant sur un rocher qui s’avance, et les revoilà  en vue. Elle se foutent royalement de mes leurres de surface alors, je sort tout ce que j’ai de microscopique et qui plonge, a  commencer par le jib qui les intéresse vu que j’en rate au moins 3  , (elle sont trop énervantes avec leur petite bouche elle décrochent tout le temps), après quelques essais infructueux au camion smith puis à l’artist 80 jackson qu’elles suivent sans prendre, je tente la micro ondulante Pure en blanc nacré, et la bingo touche sur touche, je ferai 3 barillons pas plus grand que les précédents mais les orphies se font attendre…

IMGP0099 (Small)

bon en fait une fois que les bars ont été lassés, elles ont pris la place et j’ai fini par en prendre une comme par miracle et l’aiguillette tant attendu se pique sur la pure sur un unique hameçon simple fin de fer…

Elle sont bien prise de tête en fait mais c’est assez drôle, à part l’odeur et les écailles. Quelques photos… :

IMGP0105 (Small)

IMGP0104 (Small)

Autre lieu, autres conditions :

Ce week end (le 27 juin) le vent repasse à l’ouest après une période de 10 jours de vent d’est, je sais par expérience que c’est le moment d’aller au bar, je ne sais pas pourquoi mais ça m’a souvent réussi. Et, c’est maintenant ou jamais, demain plus une seule zone ne sera claire. Bingo, à part une petite zone rien n’est clair, et pas de bol elle est occupé quand j’arrive… Je prend mon mal en patience et change le leurre en place (un popper pas franchement adapté à la zone peu profonde),en mattant la zone en surplomb, par un autre, le zipsea pen (coloris sardine) avec lequel je cartonne depuis un an et demi. Ce leurre silencieux maniè à extrême lenteur avec de nombreux arrêts longs est redoutable d’efficacité. Coup de bol, je n’attend pas 10 minutes quand le gars devant moi se décalle à droite en escaladant dangereusement le muret et en le suivant en équilibre sans waders, juste avec des petites chaussures et nu jambe j’ose pas imaginer ce que ça donnera s’il s’éclate sur les huitres . Je prie pour lui… Dieu a dû m’entendre…

Je prospecte exactement au même endroit que lui 2 secondes avant, il ne me faudra pas 3 lancers pour remarquer la surface irrisé légèrement sur ma gauche, et un alevin qui saute affolé.

Je lance dans cette direction, et à 15 m devant, un bar monte une première fois, puis reviens à la charge quand mon fil est détendu, je n’aurai pas à ferrer qu’il part dans un rush affolé, clavé par les hameçons piquant du zipsea pen.

5 minutes plus tard un pépère se présente à la pince, je le rate deux fois avant de le tenir une fois pour toute.

Il aura droit à la remise à l’eau tout de suite après la courte séance photo dans une flaque d’eau de mer.

bar25

j’insisterai 1 h sans rien de plus, le collègue aperçu avant moi aussi sans plus de succès… l’eau s’est un peu foncé pendant le temps ou j’y étais mais ça n’explique pas tout. Peut-être ais je eu droit uniquement à un passage…

A+

Guillaume